Le gouvernement Ravelonarivo, victoire éphémère

  • samedi, 04 juillet 2015 13:00
  • Miangaly
  • Photo: Njaka

Le OUI n’a pas atteint les deux tiers des députés.
L’ambiance était tendue, hier soir à l’Assemblée nationale. A 22 heures ils n'ont pas encore passer au vote de la motion de censure. Les députés, divisés en deux parties, notamment ceux qui veulent dissoudre le gouvernement et ceux qui votent pour le maintien, ont essayé de défendre chacune leurs positions.

La tension montait, des échanges verbales musclées suivie de cri pour certains.

Le Président du parlement a toutefois essayé de calmer la situation mais en vain.
Les ministres présents dont celui de l’éducation nationale, Paul Rabary, de l’énergie, Orace Gatien, de l’Intérieur, Mahafaly Olivier, de la Fonction publique, Maharante Jean De Dieu, de l’environnement, Ralava Beboarimisa, de l’industrie, Narson Rafidimanana, ont voulu prendre la parole pour se défendre. Ce qui a été catégoriquement refusée par bon nombre de députés mais le Président de l’Assemblée nationale a rappelé que le règlement intérieur leur autorise de prendre la parole.

Le ministre de l’intérieur a en effet essayé de faire part des efforts effectués par les membres du gouvernement et a souligné qu’il n’est nullement temps de passer à la motion de censure. Des propos qui importaient peu aux députés et le ministre s’est fait d’ailleurs huer.

Ceux qui ont voulu destituer le grouvernement ont commencé à perdre patience et ont commencé à siffler. Le vote n’a pu commencer que vers 23 heures. Les députés au nombre total de 151 doit atteindre les 101 voix, 2/3, pour faire passer la motion de censure.

Ils étaient 112 présents physiquement dans la salle, certain a eu une procuration de leur collègue absent, comme stipule le réglement intérieur de l'Assemblée Nationale.

Tout s’est bien déroulé jusqu’au moment du dépouillement où les députés ont de nouveau hurlé et sifflé car une sispission de maneuvre d'extraction de bulletin de vote a été aperçu par bon nombre de temoin.
Au final, le Oui a eu 95 voix contre 17 pour le Non. La motion de censure est rejetée faute de 2/3 de voix requises sur le nombre total des Députés et non pas des votants.

Le rapport de force s’est fait entendre une nouvelle fois.

Un grand soulagement était aperçu chez les ministres présents. Le gouvernement Ravelonarivo a remporté la victoire le soir du 3 juillet. Mais victoire éphémère qui ne réglerait en rien la situation car encore une fois, le régime est mis en minorité à l'Assemblée Nationale, et quid des lois à faire passer?

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.