Mouvement syndical - Ultimatum de 48 heures au gouvernement

  • jeudi, 02 juillet 2015 13:53
  • Miangaly
  • Photo: Njaka

Le ministère de la fonction publique, du travail et des lois sociales a de nouveau rallumé le feu en faisant part d’une lettre de licenciement aux 3 employés de la compagnie Air Madagascar dont Rado Rabarilala. A peine libéré provisoirement le mardi soir, ce dernier a été licencié officiellement. Une décision qui a déclenché une immense colère à une cinquantaine de syndicats.
Ces derniers ont décidé de se réunir et de déposer un ultimatum de 48 heures au gouvernement pour résoudre la situation. 



L’association des syndicats a également persisté sur le limogeage du ministre des transports, du Président du conseil d’Administration de la compagnie Air Madagascar et de son directeur général ainsi que celui de l’Aviation civil de Madagascar. Elle menace de prendre des mesures strictes si ses revendications ne soient pas satisfaites.

Le ministre des transports, Ulrich Andriantiana, peur de se faire éjecter de son poste, a tenté de calmer la situation. « Le bureau du ministère reste grand ouvert et les employés de la compagnie sont les bienvenus pour qu’on puisse trouver ensemble une solution » déplore-t-il. Il a également souligné que les syndicats ont largement dépassé la limite d’une revendication syndicale. « Revendiquer le limogeage d’un ministre ne relève du droit syndical. Etant une société d’Etat, Air Madagascar a son propre statut auquel le ministère n’à pas à intervenir. Notre rôle se limite à de simples propositions et remarques » martèle-t-il. 
Et pourtant, c’est ledit ministère qui a porté plainte contre les employés de la compagnie.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.