Déconfinement progressif ?

  • mardi, 21 avril 2020 16:45
  • Anonymous
  • Photo CCO

Le discours présidentiel du dimanche 19 avril semble indiquer que nous nous dirigeons vers un déconfinement progressif. Effectivement le confinement, surtout dans les régions Analamanga et Atsinanana, a atteint 1 mois, et ce depuis que 3 cas ont été découverts.

Tout le monde se souvient qu’au début de la crise une certaine confusion régna entre les partisans de la fermeture des frontières aux vols en provenance de l’extérieur et ceux qui trouvent que de telles mesures sont « injustifiées ».

A l’époque, le 12 mars, les polémiques politiciennes ont pris l’avantage sur la santé publique nationale. Mais les 3 cas ont fait décidé l’administration Rajoelina à décréter l’ « état d’urgence sanitaire » afin de faire face à cette pandémie planétaire que certains qualifient de 3ème guerre mondiale et non sans raison.

Comme d’habitude l’état d’urgence sanitaire a crée des dissonances et autres critiques plus ou moins justifiées sur fond, toujours les éternelles querelles politiciennes, et surtout la misère sociale qui ne datent pas d’hier.

Pour le moment les chiffres officiels montrent que des cas nouveaux n’existent pas depuis 48 heures, car ils restent à 121 avec 44 guéris et 77 encore sous traitement ce mardi 21 avril 2020. Alors il semble que l’on se dirige vers un déconfinement progressif, les nouvelles dispositions sont là :

- Réduction du couvre feu de 21h à 4h du matin,
- Retour au travail de 6h-13h pour tout le monde sans restriction à l’exception des horaires (ministères, entreprises privées, grandes, moyennes et petites, les indépendants et ce à partir du mardi 22 avril). - Les moyens de transport sont soumis à certaines conditions : 3 passagers au maximum pour les taxis-ville et 18 pour les taxis-be (de type sprinter), les contrevenants sont passibles de la fourrière.
- Les réunions ne dépasseront pas les 50 personnes.
- Pour l’enseignement, des reprises des cours pour les classes d’examen (terminales, 3ème et CM2) ont été programmées pour le mercredi 22 et lundi 27.
- Les recommandations, comme la distance sociale et le port de masque sont obligatoires, ce qui explique la limitation des places dans les taxi-be et « 1 élève par table ».
- Sans oublier, la « prise du Covid-Organics sera obligatoire pour tous les élèves, le remède leur sera distribué gratuitement ainsi que les masques » a déclaré le Chef de l’Etat.
- Les contrevenants (non port de masque) seront punis par des travaux d’intérêt général.
- Mais les rencontres culturelles ou sportives et les spectacles demeurent interdits.

Le Président appelle une fois de plus à « la prise de responsabilité de chacun et le respect des consignes ».

Il est fort probable que ce déconfinement rappelle au président Rajoelina les difficultés surgies durant le confinement dans un pays pauvre car l’interdiction de sortie et de circulation met en exergue la vulnérabilité économique des ménages surtout urbains.

Comment faire si le mari est un docker et la femme une lessiveuse (mpanasa lamba) et ne gagnent moins d’un Euro par jour avec 5 enfants ? Si les commerçants ne font des affaires qu’une demi-journée et que le confinement force les mères de famille à rester à la maison et font leur lessive elles-mêmes ?

Certes l’Etat a promis des aides à ces ménages vulnérables avec l’opération « Loharano » mais des carences d’organisation ont été constatées et un certain nombre de ces aides ne sont pas arrivées à leur destination pour les familles pauvres qui attendent encore leur tour depuis.

Sans oublier que le Président de la République vient de déclarer le Covid Organics à base d’Artemisia annua (tamirova) produit par les laboratoires IMRA du professeur Rakoto Ratsimamanga comme étant la prévention ou le traitement efficace contre la pandémie, malgré tout une autre polémique entre spécialistes qui est apparu à propos de ce médicament et qui servait au début à combattre le paludisme ! Sans oublier que l’on va certainement l’administrer aux élèves comme jadis l’hydroxichloroquine (Nivaquine).

Il est sûr que le déconfinement apaisera un temps les tensions nées de l’absence d’entrées financières pour les gens vulnérables, même si les transports nationaux sont encore interdits, donc cela limite les déplacements (voyageurs et marchandises) et les opportunités de travail pour beaucoup.

D’autre part, nous entrons dans la saison hivernale, époque propice aux grippes, et n’oublions pas que le Covid-19 est une …grippe. Dans les rues personne ne respectent la distance sociale de 1 mètre et seul 30% des gens portent des masques, car par manque d’argent, beaucoup espèrent toujours des masques gratuits distribués par l’Etat ! Même si des masques sont en vente (à 1000 Ar) dans les rues et ruelles de la capitale.

Déconfinement progressif ou réel on n’est pas encore sorti de l’auberge.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.