Vautours politiques

  • lundi, 27 juillet 2015 09:02
  • Andry Baliba

Sans conteste, la révolution orange reste encore gravée dans la mémoire des Malagasy. Partout où il va, depuis son retour de Paris, le passage d’Andry Nirina Rajoelina, l’homme fort de la Transition a drainé une marée humaine de Fianarantsoa jusqu’à Antsonjombe en passant par Manakara, Mahajanga et Toamasina.

La peur au ventre, le Premier Ministre, malgré une autorisation en bonne et due forme octroyée au parti MAPAR, est revenu sur sa décision. Un agissement qui n’a rien d’un pays qui se veut démocratique et prône à chaque occasion la bonne gouvernance ainsi que l’Etat de droit.

La réalité parle d’elle même, la notoriété politique d’Andry Rajoelina est intacte. Mis à son actif, les hôpitaux « Manarapenitra » le Colisiuem d’Antsonjombe ainsi que l’infrastructure sportive pour les Rugbymen à Andohatapenaka sans oublier l’hôtel de ville d’Analakely etc...

Andry Rajoelina a beaucoup donné mais n’a pas aussi été à l’abri des critiques acerbes du fait qu’il a eu le courage de diriger, d’une main de fer le régime transitoire, en dépit des pratiques abracadabrantes des vautours politiques qui ont l’habitude de sauter sur toutes les occasions pour leurs propres intérêts.

Un Homme averti en vaut deux. Maintenant qu’Andry Rajoelina a pris une sérieuse option pour son retour sur la scène politique, il lui convient de faire un toilettage au niveau de son entourage. Nombreux sont ceux qui pensent que transition rime avec bordel et gabegie. Ces gens-là ont même failli ternir l’image de Rajoelina en ne faisant que remplir leurs poches. Certains d’entre eux refont surface ces derniers temps.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.