Madagascar: Une Nation en perdition

  • jeudi, 14 mars 2019 13:03
  • Anonymous
  • Photo illustration Net

Il n’y a rien d’étonnant à ce que nos terres, notre patrimoine, soient de plus en plus accaparées par des étrangers. Pour certains, cette situation est la conséquence de la « mondialisation », pour d’autres les bailleurs de fonds de Bretton Woods sont des partenaires « incontournables » pour la santé de nos finances « publiques » !!!

Mais la majorité des Malgaches/Malagasy semblent de plus en plus sceptiques face à leur pauvreté grandissante, 77% d’entre eux ne gagnent même pas 2 dollars par jour (source la Banque Mondiale, 2018).

Nos politiciens ont cette fâcheuse habitude de charger de tous les maux la Colonisation, comme si eux-mêmes étaient exempts de toutes fautes et autres erreurs d’appréciation.

A titre d’exemple l’étatisation militarisée de 1975-1985 était-il nécessaire de l’accoupler avec le socialisme ? Sans être des experts, beaucoup de Malgaches/Malagasy ont, à juste titre, nommé la Révolution socialiste d’être à l’origine de leurs malheurs.

Mais en y regardant de près, à l’exemple de ce qui s’échange dans les réseaux sociaux, on arrive à se demander si ce n’est pas nous-mêmes qui cherchons nos propres malheurs.

Depuis quelques semaines se promènent sur la toile des échanges concernant le thème Merina-Côtier. Chacun y va de ses « références historiques » ou plus exactement de ses « préférences historiques » selon son angle d’analyse.

Prenons le cas de « Malagasy ou Malgache », cette dénomination a été d’abord, et avant tout, européenne qui a mis du temps à être fixé. Les Portugais nous dénommaient Madécasses ou Maticasi, les Français ont dit Madécasses voire Madagascarois !!! Les Anglais et Hollandais de Matacasi, Madagascans et enfin Malagasy.

Les missionnaires britanniques en 1818 ont imposé cette appellation à leurs élèves de l’Ecole du palais. Ces derniers et leurs monarques ont gardé l’appellation autochtone « Ambanilanitra » (sous le ciel) pour s’autodésigner sujet du souverain de Madagascar.

Plus tard les Français n’ont plus qu’à franciser cette dénomination en « Malgache ».

Les étrangers (Britanniques et Français) ont commencé à écrire notre histoire, ou plus exactement à interpréter notre histoire selon leur propre intérêt, sans se soucier de l’exactitude des faits.

Trop heureux d’être « invités » au cœur de l’île, les Britanniques de la London Misionary Society (LMS), après avoir vu leurs agents décimés par le paludisme sur la côte est, n’ont eu cesse d’encenser les monarques d’Antananarivo, tout en les accusant d’être les principaux acteurs de la traite des esclaves, majoritairement représentés comme étant des « noirs » !

8 décennies plus tard, la colonisation républicaine française a pris le relais en accusant le royaume de domination illicite sur le ¾ de l’île.

Conséquence de l’intrusion de ces 2 visions, le thème Merina-Côtier prit place, basé sur la couleur de la peau, une prédilection typiquement britannique !

Eduqués exclusivement à l’européenne les Malgaches/Malagasy ont jeté leur dévolu là-dessus, sans réfléchir aux conséquences qui peuvent être un jour semblable à celui du …Rwanda.

Certains se disant « nationalistes /patriotes » tentent même d’extraire les Merina en les déclarant « une nation » à part entière, d’autres se délectent des exactions du royaume présenté comme exclusivement « hova » commises sur les populations côtières justifiant directement ou indirectement la Colonisation française.

Beaucoup oublie que les Malgaches/Malagasy parlent une langue commune comprise dans toute l’île, que leur culture est presque «commune ».

Que ce pays s’appelait dès l’origine Nosy Madagasikara (7-8ème siècle) rétracté en Anosy Madagasy /Matacasi, 2 siècle plus tard, et limité à la seule région de Tourabay/Tolagnaro/Fort-Dauphin.

Son nom vient vraisemblablement de ses habitants ou plus exactement ses fondateurs les Malakasi ou Malagasy, dont les descendants directs sont les Vezo et jadis les marins de la baie d’Antongil, les « enfants de la mer » de nos cousins de l’Archipel indonésien.

La nation malgache/ malagasy existe bel et bien, mais les discussions politicardes risquent de la mettre en perdition. Elle est abandonnée au profit des jeux de l’apparence (blanc ou noir) et des intérêts …étrangers.

Anonymous

(Photo illustration Net: Carte de Madagascar et Tromelin l'île des esclaves oubliés)

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.