Affaire Nationale : Reprise du duel politique

  • samedi, 27 juin 2015 18:10
  • Andrianirina Fetra

Pause terminée. Reprise du boulot et par la même occasion reprise du duel politique. Un duel déjà annoncé par les images des cérémonies officielles du 26 juin dernier. Un duel entre les députés et le Président de la République.

Vendredi, les députés de la Nouvelle Majorité Parlementaire boycottaient la grande parade militaire de Mahamasina. Une politique de la chaise vide qu’ils ont également observé à Iavoloha, lors du banquet présidentiel. Une absence tempérée par Jean Brunelle Razafitsiandraofa qui évoque « l’existence des cérémonies officielles au niveau des districts ». Ce député élu sous la couleur orange du Mapar dans le district d’Ikongo était le seul à assister à la cérémonie de Mahamasina.
Seulement, la convocation d’une réunion d’urgence et importante faite par le bureau permanent de l’Assemblée nationale, la veille de la fête nationale, n’est pas un bon signe. Une réunion qui devait se tenir le mardi 30 juin prochain. Une réunion qui pourrait être « décisive » avance une source parlementaire.

En attendant, Iavoloha continue sa tractation. « De multiple réunion » sont organisées par les proches collaborateurs du Président de la République, évoque une source au palais. Des réunions en vue de la préparation de la fameuse rencontre entre le Président de la République et les députés frondeurs. « Une rencontre qui devrait se tenir d’ici peu » explique Hery Rajaonariomampianina.

D’une source proche des deux parties, il est aujourd’hui question de préalable. Les députés auraient déjà évoqués leur condition. De même pour le Chef de l’Etat. Pour Tsimbazaza, Hery Rajaonarimampianina devrait s’engager sur la non dissolution de l’Assemblée Nationale et sur l’arrêt immédiat du terrorisme d’Etat. Par ailleurs Iavaloha exige de Tsimbazaza, une stabilité.
L’équipe présidentielle leur demande de pouvoir mener jusqu’au bout le mandat de cinq ans. « Comment une personne peut-elle accomplir sa mission si à chaque fois, on le déstabilise ? » s’interroge Hery Rajaonarimampihanina, vendredi dans son discours. Une question qui aurait déjà dessiné le pas de dance du locataire d’iavoloha.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.