CENI dépassée ou déphasée

  • mercredi, 31 octobre 2018 09:28
  • Anonymous
  • Photo Archives Gasypatriote

Tous font ce qu'ils veulent, la CENI égraine les articles de lois concernant la campagne électorale. Personne n’en a cure, chacun appose ses affiches n'importe où même là où est écrit : « défense d’afficher ».

Les rixes existent partout, des personnes se font blesser, rien que pour le tee-shirt qu’elles portent sur elles. Certains candidats se pavoisent avec des véhicules à écran géant afin de propager leurs arguments et surtout montrer qu’ils ont des fonds mais de quelles origines ? Peut-être occultes ? Provenant de compagnies ou de sociétés opaques dont personne ne sait ou plus exactement ne sait les accords passés.

Aucun avertissement ni mise en garde « tsisy bedy », on continue ! Les 25 candidats crient qu’il y a péril en la demeure, mais non, tout va bien, on continue. Mais jusqu'où?

Peut on imaginer un match de foot avec ce genre d'arbitrage : sans sifflet, sans sanction, sans carte jaune, ni rouge? Est-cela vraiment le fair-play à la Malagasy?

Face à ce silence de la CENI, on se demande si celle-ci est à la mesure de sa fonction de régulateur et contrôleur des élections. Héritière de la CENI-T (T pour Transition), La Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition est une structure indépendante malagasy mise en place par la loi n°2012-004 du 1ᵉʳ février 2012 pour organiser et superviser les opérations électorales à Madagascar, ses principales missions sont : « organiser et superviser les opérations électorales, traiter et publier les résultats provisoires des élections, faire respecter la législation électorale sur l’ensemble du territoire national en vue d’assurer l’organisation des élections libres, justes, transparentes et crédibles, mobiliser la société civile et coordonner les activités liées à l’éducation électorale et au civisme, contribuer à l’élaboration du cadre juridique relatif au processus électoral».

Aucune de ces missions ne semblent être accomplies, la CENI est loin de faire respecter la législation électorale sur l’ensemble du territoire. Déjà dans la capitale, l’image de ces affiches posées n’importe où, parfois sur les poteaux d’électricité, sans compter celles qui sont déchirées sur les panneaux officiels.

Telles attitudes furent évitées si la CENI a su mobiliser la société civile pour faire de l’éducation électorale et du civisme !

Les bagarres entre partisans des candidats purent être éludées. Non la CENI joue la muette, comme si elle est définitivement acquise à un candidat et que les résultats sont connus d’avance et tant pis pour les dommages corporels et matériels collatéraux (meurtres, dégradations de biens d’autrui,…).

En 2012-2013, afin de faire avaler la couleuvre « Hery Rajaonarimampianina » à la nation Malagasy, on a même mis en place la Cour Electorale Spéciale (CES) par une loi n°2013-008 du 30 juillet 2013 au sein de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) dont l’administration de l’époque avec l’aide de la Communauté internationale qui n’avait guère confiance à la HCC?

Mais la décision de la CES n'a pas plu à l'International, rebelote, on dissout la CES 1 pour mettre la CES 2.

Car c’est cette communauté qui finança et qui finance encore les élections. Il n’a pas que Madagascar qui a une CENI, la plupart des pays africains francophones en ont une, avec les mêmes missions. Mais aucune ne donne satisfaction aux nationaux, à l’image du Gabon et quand on sent, cela risque de tourner au vinaigre, une CES apparaît comme par miracle !

En réalité CENI, CES, HCC ne sont que des institutions ou organismes à la solde de ceux qui gouvernent en réalité ces Etats, soi-disant indépendants d’Afrique. Elles/ils s’en contrefoutent des conséquences des élections, l’important c’est que le candidat de cette communauté internationale gagne, même si les dégâts sont parfois lourds.

La CENI est dépassée ? En apparence oui, mais elle agira quand le candidat de l’étranger se trouve menacer, mais elle est totalement déphasée car il ne respecte en rien la volonté populaire malagasy.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.