La Françafrique change de ton: Une Rwandaise désignée SG de l’OIF

  • samedi, 13 octobre 2018 19:56
  • Anonymous
  • Photo Fournie

Cela aurait été impensable avant 2017, une Rwandaise, Louise Mushikiwabo, d’origine Tutsi vient d’être mise à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Elle est le successeur de Michaëlle Jean occupant ce poste depuis 2014.

Louise Mushikiwabo est depuis 9 ans (2009) le Ministre des Affaires du Rwanda. Elle est une proche du président Paul Kagame qui jusqu’en mai dernier est une persona non grata en France, que ce soit vis-à-vis des administrations de droite (Chirac, Sarkozy) et de gauche (Hollande).

Les raisons avancés sont le peu de cas que l’administration du Front Patriotique Rwandais (FPR) traite des « Droits de l’Homme ». En vérité la France, avec l’appui de l’ancienne puissance coloniale de la région, la Belgique, soutenait mordicus les administrations hutus, l’ethnie présentée par les chercheurs occidentaux comme « majoritaires » dans la région des Grands Lacs.

Les exactions des différents dirigeants hutus au pays des Milles Collines (Rwanda) avec au moins 3 génocides à l’encontre de la « minorité » Tutsi dont le dernier en 2014 a fait selon l’ONU 800 000 morts ! La 2nd la plus grave du 20ème siècle. Ces exactions ont fini par avoir raison des présidents Hutus du Rwanda et sans entrer dans les détails ont propulsé Paul Kagame au pouvoir en 1994.

Tout en obtenant l’aval de l’ONU avec l’opération Turquoise, l’armée française, dont la mission officielle est d’arrêter le génocide et d’évacuer les ressortissants étrangers, a tenté de sauver l’administration Habyarimana, le chef Hutu du Rwanda. Malgré le soutien militaire français, il a perdu la partie, mais aussi sa vie face au FPR de Paul Kagame et depuis le président Tutsi du Rwanda n’est pas en odeur de sainteté du côté de la capitale française.

Les Médias et certains politiciens français, avec leurs chiens de salon africains, tentent de ternir son image en le désignant comme étant le « responsable indirect » du génocide pour se hisser au pouvoir. Parmi ses grands défenseurs figure Louise Mushikiwabo, qualifiant François Hollande de « personne très inélégante » au 15ème sommet de la Francophonie de Dakar (où fut nommée Michaëlle Jean, secrétaire général de l’OIF) en 2014.

Cette élégante dame est un professeur … d’Anglais dont le principal ouvrage est écrit dans la langue de Shakespeare : « Rwanda means univers : a native’s memoir of blood and bloodiness » . Ce qui provoque l’ire des Francophones puriste qui se demande si le Rwanda, dont elle est le Ministre des Affaires étrangères, a fait pour le maintien et l’avancement de la langue de Molière car le Rwanda est devenu membre du Commonwealth et que l’Anglais est une des langues officielles du Rwanda avec le Kinirwanda et le Français (avec un accent belge !!).

Avec l’entrée du FPR à Kigali en juillet 1994, la France a connu sa 1ère défaite durant sa présence coloniale en Afrique sub-saharienne, la 2nde après l’Algérie, d’où un ressentiment de 24 ans vis-à-vis de Paul Kagame et de son staff.

Le miracle économique du Rwanda, durant ces 2 décennies ajouté au « retrait politique » américain en Afrique après l’arrivée de Donald Trump très critique vis-à-vis de la complaisance des responsables noirs africains à l’encontre de leurs anciens patrons et surtout la présence chinoise, Emmanuel Macron a mis de l’eau dans son vin.

Ayant pris modèle sur Pierre Mendès-France (PMF) en 1954 aux accords de Genève sur la fin de la Guerre d’Indochine, l’actuel locataire de l’Elysée préfère mettre fin au climat hostile entre Paris et Kigali en offrant au Rwanda, et plus particulièrement à son porte parole sur la scène internationale, le poste de Secrétaire Général de la Francophonie, Louise Mushikiwabo.

Avec cette nomination/élection la Françafrique fait coup double : une femme africaine est à la tête de l’OIF et la hache de guerre est enterrée. La France reconnaît indirectement le droit des Tutsi de gouverner le pays et efface cette image d’animosité qu’à la France vis-à-vis de ceux qui ont osé lui résister.

Et pour Madagascar serait-ce la même chose ?

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.