Charte de la discorde

  • mardi, 09 octobre 2018 12:11
  • Anonymous
  • Photos Gasypatriote

La majorité des candidats à la prochaine présidentielle ont boycotté, le 03 octobre dernier, la cérémonie solennelle de signature de la Charte de Bonne Conduite et d’Intégrité des candidats qui s’est déroulée au Ministère des Affaires Etrangères (MAE) à Anosy.

Ce jour, seuls 6 candidats sur 36 ont signé ladite Charte: Richard Razafy Rakotofiringa, Saraha Rabeharisoa, Mamy Richard Radilofe, Solo Norbert Randriamorasata, Faly Mampionona Rasolonjatovo et Jean-Max Rakotomamonjy qui ont apparemment peu de chance de gagner des voix lors du scrutin du 7 novembre, certainement pour eux l’essentiel est de …signer !

5 autres candidats ont déclamé haut fort qu’ils ne signeront pas la Charte la qualifiant de« Charte de l’hypocrisie ». Pour le pasteur Mailhol l’absence de son nom sur la liste électorale, alors que sa femme y est est une preuve de la manque de transparence de cette liste. Propos vite démenti par le CENI.

L’ancienne présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) Fanirisoa Ernaivo, quant à elle, n’acceptera pas les résultats de cette élection qui sent déjà la fraude sans alors que le vote n’ait pas encore lieu.

Le dinosaure Ratsiraka Didier Ignace et son ex-dauphin José Andrianoelison ainsi que l’ancienne juge internationale Arlette Ramaroson sont parmi les signataires de la charte. Tous sont d’accord pour dire : « Dans les précédentes élections, les résultats sont publiés au fur et à mesure de leurs arrivées à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et/ou par les candidats qui en font la comparaison, mais dans cette Charte, tout cela est impossible et les candidats sont priés d’accepter les résultats du scrutin ».

Le candidat Hery Rajaonarimampianina aurait promis d’y apposer sa paraphe, rien d‘étonnant car c’est son équipe du temps qu’il était encore en exercice qui a concocté cette Charte afin de parachever cette manipulation électorale.

Ils sont 10 à déclarer par le l’intermédiaire de leur représentant qu’ils vont effectuer à la signature dans les prochains jours. D‘autres, comme à leur habitude attendent au garde-à-vous l’ordre de leur supérieur à l’étranger : les Anglo-saxons (USA) pour Marc Ravalomanana et les Français pour Andry Nirina Rajoelina pour se décider.

Pour le moment ils s’abritent derrière 13 autres candidats qui n’ont pas encore fait savoir leur position et n’ont point envoyé de représentant à la cérémonie.

Pour le Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM), initiateur de cette Charte, l’amertume est là, il vient d’essuyer un 2nd grand revers afin d’instaurer la paix et la réconciliation des parties prenantes aux crises politiques dans le pays après celui d’avril dernier.

Ce manque de crédibilité du CFM se confirme encore plus après presque 1 an d’existence alors qu’il reste budgétivore et sert de voies de garage pour les politiciens à caser.

Tel est le résultat de vouloir trop plaquer notre histoire et vie politique à celle de l’Afrique voisine alors que le fond n’a rien de commun. Il est bizarre d’observer les levées de boucliers quand il s’agit de la présence de Chinois, Indiens et Latino-Américains (Brésiliens) présents sur notre continent et le silence quand à l’exploitation de nos richesses par les Européens et Nord-Américains.

2 poids 2 mesures : sommes-nous colonisés dans l’âme ? A force de vouloir s’identifier aux Occidentaux des 2 côtés de l’Atlantique on invente toute sorte de …conduite quitte à créer la Charte de la discorde.
Bonjour madame la propagande.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.