HVM: Bonjour la division

  • vendredi, 21 septembre 2018 08:29
  • Anonymous
  • Photo Archives

Pour la circonstance on serait tenter de parodier les paroles de la chanson de Robert Henri Gall, chantée en 1964 par sa fille France Galle (sacré Charlemagne) : « qui a eu cette idée folle, on démissionne 60 jours avant les élections » ?

Tout débute dans cet article 46 de la Constitution de la 4ème République. Les constitutionnalistes inspirés par des idées étrangères n’ont certainement pas vu les dangers venir. Quand le président démissionne c’est toute son administration qui tombe.

Les têtes vont changer que l’on veuille ou non. Comme nous aimons faire du Copier/Coller avec ce qui se déroule en France, on a décidé que c’est le président du Sénat qui remplace le chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir.

Evidemment, notre président par intérim ne peut faire grand-chose comme nous l’avons affirmé la dernière fois avec l’Avis « n°07-HCC/AV du 07 septembre 2018 », qui dans son article 2 lui ôte tous les attributs de souveraineté.

Mais cela finalement ne veut rien dire et les guéguerres commencent à faire surface. L’administration sortante tente de torpiller celle qui est en place, c’est-à-dire l’intérimaire ainsi que la primature.

Hery Rajaonarimampianina est jeté par certains de ses pairs comme un kleenex après qu’on s’est mouché, tout le monde le quitte, même ses gros financiers qui sont ses appuis politiques.

Mais 5 années de pouvoir presque, laissent des traces donc il a des fidèles dans l’ombre qui feront tout afin de mettre les bâtons dans les roues du transitoire pour que ce dernier ne prend pas trop la grosse tête en faisant l’inaugurateur des travaux finis.

Déjà le cortège présidentiel avec fanions et cornes fait des jaloux parmi les HVM eux-mêmes !!!

Si certains faits, prêtent à rire, les divisions au sein du parti présidentiel risquent de leur être fatales. Le courant ne passe plus, et on n’est plus sûr que les ordres soient exécutés, car beaucoup ne pense qu’à sauver les magots qu’ils ont amassés durant ces années de besognes, ou plus exactement de vols.

Ceux qui ont rallié le Hery Vaovao (HVM) sont déjà à la recherche de nouvelles donnes afin de continuer à se remplir les poches. Croire que le président sortant est en position de force est loin d’être évident. Il est plutôt en situation de faiblesse et surtout, pour que sa machine fonctionne, il a besoin non point de doubler mais de quadrupler d’efforts…financiers.

Les pertes seront nombreuses, Rajaonarimampianina serait une sorte de « vache à lait » pour quelques uns, profitant de la situation pour se faire des jackpots.

Il est sûr que des millionnaires et autres milliardaires apparaîtront après ces élections, surtout dans le camp présidentiel.

La division au sein du HVM est bien présente, la seule union qui existe est de dépouiller ce qui reste. On se demande que peut faire l’administration, la vraie afin de contrôler tout cela et la HCC ?

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.