Editorial

    • mardi, 27 mars 2018 08:42
    • Photo Gasypatriote

    Plaqué or, plaqué bleu et plagiat

    Le placage, une technique particulièrement utilisée dans la décoration, ainsi Le plaqué or est un procédé de recouvrement d'une matière (métal ou plastique,…) par une fine couche d'or. Par analogie le « plaqué or » à faire croire qu’un objet plaqué ressemble à un objet fabriqué originellement à partir du métal incriminé. Actuellement beaucoup de boutiques font de la joaillerie, vendant surtout des plaqués or en provenance de Chine et accessoirement de l’Inde. Pour les Malagasy, surtout les sexagénaires et plus, le plaqué or (ankoso-bolamena) signifie superficialité, légèreté, voire supercherie. La vie socio-politique de notre pays, avec l’actuelle administration, ressemble beaucoup à du plaqué or. N’oublions pas qu’il y a 5 ans, l’actuel président a été élu par défaut, après que ladite communauté internationale a réussi par imposer sa politique du NI...NI (ni Ravalomanana ni Rajoelina) face à des politiciens cupides et une nation amorphe.
    Lire la suite ...
    • lundi, 26 mars 2018 09:48
    • Tahirin-tsary Jean Jacno Leja - Besalampy

    Fantatrao ve: Ahoana raha tsy misy mpitory na tsy misy mijoro vavolombelona ireo tratra mandika Lalàna?

    Hisaorana hatrany ireo namana Mpahay Lalàna mitondra fanazavana ho antsika. Resa-be foana tokoa tato ho ato ny mahakasika ny hoe "Zandary/Pôlisy tsy afaka mandray olona voasambotra fa TSY MISY fitoriana ("plainte"), hany ka mitarika fitsaram-bahoaka. Zandary/Pôlisy tonga dia manakana ary dia misambotra. Mpanara-dia indray no samborina fa nitazona basy kanefa ny niavian'ny basy àry dia tsy nosamborina ?? "FA REHEFA INONA TOKOA MOA NO AFAKA MIHETSIKA AVY HATRANY NA MANAO "autosaisine" ny Zandary/Pôlisy? Tsara marihana aloha fa raha faritana tsotsotra, ny Zandary /Pôlisy dia rafitra napetraky ny Fanjakàna ("Etat") hisahana ny fijerena ny fandikan-dalàna ("constater les infractions"), sy ny fanangonana ny porofo ("rassemblement des preuves") ary ny fikarohana ny heverina fa "Mpandika Lalàna" ("recherche des auteurs de l'infraction").
    Lire la suite ...
  • Jean-Bedel Bokassa se fait sacrer Bokassa Ier, empereur de Centrafrique, le 4 décembre 1977.
    Jean-Bedel Bokassa se fait sacrer Bokassa Ier, empereur de Centrafrique, le 4 décembre 1977.
    • samedi, 24 mars 2018 09:53
    • Photo Archives Le Point

    Utiliser la puissance publique pour tuer

    Nicolas Sarkozy a été mis en examen, après 48 heures de garde à vue mercredi soir pour les chefs d'inculpation suivants : "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens". De fortes soupçons pèsent sur l’ancien président d'avoir bénéficié illégalement de fonds provenant du régime libyen de Mouammar Kadhafi, qui aurait financé sa campagne de 2007 à hauteur de 50 millions d'Euros. D’après un responsable syndicaliste des magistrats, interrogé par un journal, il encourt une peine de 10 ans de prison et des amendes de plusieurs centaines de milliers d'Euros. Une peine d'inéligibilité à vie pourrait également être prononcée. Son placement sous contrôle judiciaire peut lui imposer certaines restrictions, ainsi Nicolas Sarkozy est "interdit d’entrer en contact avec d’autres mis en examen dans cette affaire libyenne", le "paiement d’une caution”, la "remise du passeport empêchant toute sortie du territoire". Sauf égard à sa situation d’ancien chef de l’Etat, "l’Ex" serait déjà écroué dans une prison dans l’attente de son procès.
    Lire la suite ...
    • jeudi, 22 mars 2018 08:58
    • Photo Gasypatriote

    L’argent facile

    L’argent facile, c’est ce que gagne autrui par une activité qui ne plaît pas à celui qui utilise l’expression. L’expression « argent facile » est souvent comparée avec celle de « l’appât du gain ». Ces deux expressions, bien qu’on puisse souvent soupçonner qu’elles soient purement subjectives, traduisent également une ignorance crasse de la réalité économique et financière. Identique à l’accusation de populisme, celles d’« argent facile » et d’« appât du gain » évitent de ne pas se poser la vraie question, en remplaçant la distinction pertinente par une dichotomie confuse. Non pas, faire la différence entre « argent facile » et « argent durement gagné », mais entre l'argent gagné sans voler autrui, c’est à dire honnêtement, en respectant le Droit, et l’argent obtenu par le vol. Dans notre cas à Madagascar « l’argent facile » est abordé sous l’angle de « l’argent obtenu par le vol », ici le vol n’est pas pris seulement dans le sens propre mais surtout au figuré. Les apparences font la réalité, ce qui donnent cette explication : la pauvreté est à l’origine des vols et autres actes de banditisme chez nous. Par contre le vol au sens figuré n’est point lié à la misère.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 21 mars 2018 07:00
    • Photo Net

    Sarkozy en garde à vue: Exemple à suivre ?

    Le 6ème président de la Vème République Française, Nicolas Sarkozy, est de nouveau rattrapé par les affaires. Depuis qu’il a perdu les élections face à François Hollande en 2012, l’homme a toujours fait parler de lui dans les chroniques judiciaires. En 2013, il est mis en examen pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt dans l’ « affaire Woerth-Bettencourt » durant laquelle des soupçons pesaient sur la propriétaire du groupe de Cosmétiques L’Oréal d’avoir financé illégalement la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, mais « fautes de preuves » l’ex-président de la république obtient un non-lieu (7 octobre 2013). Dans le 1er trimestre de 2014 éclata l’ « affaire Paul Bismuth », premier volet de l’investigation par la justice française sur le financement de sa campagne aux présidentielles de 2007 par le président libyen Mouammar Kadhafi. Des écoutes judiciaires (tout à fait légales) effectuées dans le cadre de l’instruction révèlent la tenue de conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog sur des téléphones mobiles enregistrés sous de faux noms dont celui de « Paul Bismuth », c’est-à-dire Nicolas Sarkozy !
    Lire la suite ...
    • lundi, 19 mars 2018 08:34
    • Photo Gasypatriote

    Or noir malagasy pris en otage ?

    Quelques prévisions sur 10 ans de la production de pétrole craignent une pénurie d’ici 2020/25 pour des raisons souvent présentées comme « contradictoires » plus particulièrement celles de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE). Selon ce dernier, l’apparition des voitures électriques risque de bouleverser les habitudes car les automobiles sont les premiers consommateurs des produits de l’or noir, viennent ensuite en conséquence la baisse des investissements (capex), dans l’exploration-production, réduits de moitié depuis leur pic de 2014. Une baisse de capex qui pourrait entraîner un début de pénurie et une nouvelle flambée des prix. En plus, les Etats-Unis, comme l’a prévenu Donald Trump, exploitent leurs propres ressources pétrolières (parmi ceux-ci, l’hydrocarbure de schiste) affaiblissant ainsi le rôle prépondérant joué par les producteurs classiques, obligeant ces derniers à jouer sur leur capacité productive en la baissant ou augmentant selon la situation. Une chose est sûre, à la fin de cette décennie et au milieu de la prochaine, il y aura un nouveau choc avec un baril plafonnant à 320 US $ !!
    Lire la suite ...
    • vendredi, 16 mars 2018 08:42
    • Photo Gasypatriote

    Combattre la corruption

    Tel un cancer au stade final, la corruption tue la Nation Malagasy. Elle a tellement pris de l’ampleur que cette anomalie est devenue une habitude, voire la norme dans les esprits, et pourquoi pas, avec le temps, une « tradition culturelle » chez la majorité de nos compatriotes. Cela commence par les pourboires ou bakchichs que beaucoup ont l’habitude de refiler aux petits fonctionnaires afin d’ « accélérer » la sortie des dossiers, et ce, depuis presqu’un demi-siècle, pour prendre des proportions plus grandes, pour ne pas dire graves, touchant tous les secteurs de la vie publique. Gare à ceux ou celles qui font fi ne pas savoir ces pratiques du petit tour de main (otra) pour les forces de l’ordre, aux millions de MGA que l’on refile aux plus hauts responsables afin de ne pas « être inquiété » à la suite de délit, voire de crime commis au vu et su de tout le monde. En 58 années de retour de l’indépendance, aucun secteur de l’administration n’a été épargné par la corruption, et à chaque échelon, on clame que c’est la pauvreté qui en est la principale origine, c’est peut-être vrai en partie quand on parle des petits bakchichs et pourboire à destination du petit personnel trimant pour leur pain quotidien. Mais s’agissant de la délivrance de faux titres de propriété par certain personnel du Service des Domaines, cela relève d’un acte grave de débauche car certains sont prêts à payer des millions de MGA afin d’obtenir des titres fictifs devenus subitement légaux !
    Lire la suite ...
    • jeudi, 15 mars 2018 08:17
    • Photo Gasypatriote

    3P dites-vous ?

    Le Partenariat Public-Privé (PPP/3P) est par définition un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés afin de financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public. Toutefois? on utilise en général l'expression de 3P ou « Partenariat Public-Privé » pour désigner des projets plus récents, dans la lignée des contrats d'Initiative de Financement Privé, en anglais Private Finance Initiative (PFI), apparus en Grande-Bretagne depuis plus de 26 ans (1992). Un exemple de ce type, consiste pour un entrepreneur privé, à construire un hôpital public dont il gérera ensuite les activités non médicales. Par la suite plusieurs Etats se sont inspirés de ces contrats, en Afrique et à Madagascar, les institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale et FMI) ont fortement conseillé les Etats à suivre ce type d’exemple pour le développement des pays. L'importance de la dette publique de certains États occidentaux, comme le Royaume Uni et la France, voire les Etats-Unis, les poussent à se tourner de plus en plus vers la formule des partenariats public-privé, afin d’alléger la dette.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 14 mars 2018 18:22
    • Photo Net

    Le droit de résistance à l'oppression

    L’Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen stipule: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Le droit de résistance à l'oppression est mis en valeur dans la Déclaration des Droits de l’Homme de 1793, il occupe quatre articles (27. 33. 34 et 35), qui précisent sa forme et son étendue. Même lorsque cette oppression n'atteint qu'un seul individu, la résistance est possible. La Déclaration reconnaît l'insurrection populaire contre un pouvoir oppressif, tyrannique et despotique comme un devoir. Historiquement, l’article sert aussi à légitimer les évènements du 10 août 1792, lors desquels la Commune de Paris transformée en Commune insurrectionnelle a obtenu la chute du roi. L'article le plus cité sur ce sujet est le 35e et dernier : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".
    Lire la suite ...
    • dimanche, 11 mars 2018 10:20
    • Sary Gasypatriote

    Izay tsy an'asa rehetra dia ampidirina Service National

    Isaorako ny Foloalindahy nanofana ahy ka nanamafy ny fitiavan-tanidrazana tato amiko. Mafy ireo sedra nandalovana tamin'izany. Izaho moa no Base tao amin'ny Kaompania nisy ahy tao amin'ny Toby miaramila voalohany RM1 - Béret Vert, misahana ny tontolo ambanivohitra. Hitatsika amin'ny sary eto ny Base sy ny contre-base tao amin'ny vehivavy, ary ny Lieutenant tamin'izany, efa Colonel izy raha ny vaovao farany azoko. Anisan'ny nanamarika ahy ny sazy enjana nahazo anay, nefa tsy nampikemo anay izany, raha indray maraina nanao rassemblement, taona 1984, mbola nafana vay tamin'izany ny Revolisionina sosialista, ka tao aoriana tao amin'ny Kaompania notaritoko, no nisy nihoraka "Ohé Ohé" rehefa nigadona ny Barakay, toy ny olon-tokana ny Koampania rehetra tao amiko namaly hoe "Ohé". Tsy tapitra izay, tonga dia ny Lieutenant no nandray andraikitra.
    Lire la suite ...
Page 10 sur 37