Editorial

    • lundi, 16 avril 2018 11:08

    Vary: Atao matihanina ny Tantsaha mpamboly (Professionnalisation des agriculteurs)

    Vary vokatra ankehitriny (Production actuelle): 3 600 000 tonnes Velarantany vokarina (Superficie cultivée): 1 800 000Ha (5% Mada)Rendement: 2 tonnes/HaVary ho aniny (Besoin en riz): 4 000 000tonnesVary hafarana (Importation riz): 400 000 tonnes Omena masomboly, zezika, fotodrafitrasa, rano, barazy, fitaovana ny tantsaha;Omena fanofanana, famatsiam-bola haverina;Omena velaran-tany lehibe miaraka amin’ny Injeniera, Agronome, FOFIFA; Raha miakatra 4tonnes/Ha fotsiny (raha 7-14 tonnes no tokony ho izy) ny rendement;Raha miakatra 10% fotsiny ny tany volena, dia ampiditra vokatra 36 000 000 tonnes isika, izany hoe afaka manondrana vary 30 000 000 tonnes isan-taona, 15 milliards de dollar isan-taona. Rariny raha averina amin’ny Malagasy amin’ny alalan’ilay carte électronique ny vary 150Kg (3gony, 1Kg isan’olona isan’andro, fianakaviana iray 5 antrano = 150Kg/mois) Vitatsika io.Patrick
    Lire la suite ...
    • samedi, 14 avril 2018 11:25
    • Photo Capture d'écran Télé Viva

    Les Malagasy sont-ils kétaminisés ?

    Utilisé comme anesthésique général intraveineux la kétamine est un psychotrope, mais aussi comme analgésique et sédatif, ainsi que pour traiter les douleurs chroniques. Une autre substance usitée comme antalgique (médicament utilisé pour lutter contre la douleur) est la morphine qui est aussi un anesthésiant connu des Asiatiques depuis la nuit des temps avec d’être transformée par les Occidentaux comme drogue euphorisant afin d’assouvir leurs vices. Cette allusion à ces 2 médicaments sert à illustrer la situation actuelle à Madagascar, comme le dit un adage populaire de la grande île « a-t-on bu l'eau de Midorororo », ce terme signifie « endormi, indolent ou amorphe » comme si les Malagasy sont drogués par une quelconque substance. Il est vrai qu’on est au pays du « moramora » (nonchalance) mais entre cette dernière et l’indolence, la frontière est inexistante. Nous l’avons dit dans un de nos écrits par le passé que beaucoup de nos compatriotes sont atteints par le « syndrome de Stockholm », terme créé en 1973 par le psychiatre criminologue Nils Bejerot, qui est un phénomène psychologique observé chez des otages ayant vécu durant une période prolongée avec leur geôlier. Ainsi ces otages vont développer une sorte d’empathie pour ne pas dire une « identification à l’agresseur » (selon Sandor Ferenczi), comportement apparemment incompréhensible, elle traduit une modalité psychique d’adaptation à toutes sortes de situations traumatiques.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 13 avril 2018 09:07
    • Photo Archives Gasypatriote

    Ça sent le prétorianisme

    La récente déclaration des officiers généraux et supérieurs, à la retraite tout corps de l’Armée confondu, a quelque peu surpris les observateurs de la vie politique nationale. Plusieurs questions se bousculent : qui sont derrière ces galonnés ? Y-a-t-il une division au sein des forces armées Malagasy ? Est-ce une simple diversion ? En apparence beaucoup d’entre eux ont joué des rôles importants durant les crises de 2002 et 2009, donc des officiers « politisés », alors face à la situation cacophonique actuelle, certains seront-ils tentés de revenir à la première place dans l’arène. Mais le plus inquiétant est d’entendre la réplique du Ministre de la Défense nationale en exercice : « l’éthique militaire impose l’obligation de réserve quand on est en activité et le devoir de réserve lorsqu‘on est à la retraite ». Il a aussi rappelé la cérémonie de vœux au Cercle mess de Soanierana au début de l’année au cours de laquelle : « la mission des forces armées est de préserver la sécurité avant, pendant et après les élections » en ajoutant qu’elles n’accepteront plus que le pays traverse une nouvelle crise et que le pays ne mérite plus d’être dirigé par un pouvoir qui n’est pas issu d’une élection ».
    Lire la suite ...
    • jeudi, 12 avril 2018 07:45
    • Photos Net

    Un défi pour un vrai développement

    Les Trentenaires, Quadra et autres Cinquantenaires de l’époque ayant connu les « années rouges du socialisme » (1976-1985) ont dans leur grande majorité tourné le dos aux concepts de « patriotisme/nationalisme », « économie dirigiste » de l’Etat, « culture nationale », car ils ont vécu une période de descente aux enfers due aux errements de la politique de la 2nde République. Alors pour ces générations, la seule issue est un retour vers les Institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale, FMI) qui sont perçues comme étant la seule issue, afin de sauver Madagascar, sans oublier un come-back dans le giron de l’ancienne puissance coloniale. Mais 33 ans plus tard la situation est pire qu’en 1985. Les élites malagasy n’ont jamais pu redresser la situation, certes il y a eu quelques saupoudrages entre 2002-2009, mais cela n’a pas suffi à combler notre retard, car on fait plus de marche arrière que d’aller de l’avant. Notre problème est-il civilisationel, comme l’affirme Emmanuel Macron en parlant de l’Afrique? C’est-à-dire, en gros la nation malagasy n’a pas fait les démarches nécessaires pour intégrer la « Civilisation occidentale » pour être considéré comme "civilisé" ?
    Lire la suite ...
    • lundi, 09 avril 2018 09:48
    • Photo Archives Gasypatriote

    Une Démocratie imposée ?

    La grande majorité des Malagasy connaît la signification de la Démocratie, mais sa perception et les appréciations sur l’Etat et au fonctionnement deviennent plus difficiles. Pour quelques observateurs, les manques d’information en sont l’une des raisons, il semble en effet que la Démocratie est mieux comprise dans le milieu urbain que rural et encore ! Le pluralisme est-il appliqué comme il faut chez nous car les partis politiques déclarés ou pas pullulent à chaque coin de rue ? Cela signifie-t-il qu’on est dans un système démocratique ? Il existe des failles dans la pratique de cette démocratie de la part de nos hommes/femmes politiques avec comme résultats: perte de crédibilités et d’audience des politiciens. Ils tirent trop sur la corde de la « liberté d’expression » pour transformer la réalité en rumeur selon leur point de vue et créent ainsi un esprit partisan frisant parfois le fanatisme. Cet esprit partisan est à l’origine de la fracture nationale où seule une minorité y trouve son compte. L’opinion publique n’y croit plus aux paroles des opposants, des OSC (Organisations de la Société Civile) ou ceux du pouvoir et tout le monde parle comme dans un désert.
    Lire la suite ...
    • jeudi, 05 avril 2018 09:52
    • Photo Archives Gasypatriote

    Septembre 2018: Mois de tous les dangers... pour Rajaonarimampianina

    Si la date du 24 novembre 2018 donnée par son ami et ministre des Affaires Etrangères Henri Rabary Njaka, s’avère exacte, l’actuel locataire d’Iavoloha doit quitter son poste au plus tard le 24 septembre selon l’article 46 alinéa 2: « le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste 60 jours avant la date du scrutin présidentiel ». En d’autres termes, Hery Rajaonarimampianina redevient un simple citoyen et il ne sera plus à l’abri des plaintes sans avoir besoin d’une quelconque Haute Cour de Justice ? D’ailleurs, la tentative de se séparer du Procureur Général de la Cour Suprême n’entre-t-il pas dans ce cadre ? En effet, l’entourage du Chef de l’Etat craint des éventuelles attaques de type « judiciaires » afin de le disqualifier. C’est pour cette raison que son équipe a toujours voulu un amendement référendaire de la Constitution, plus particulièrement de cet article 46. Malheureusement, pour des raisons organisationnelles et surtout financières, cette consultation a été renvoyée aux calendes grecques.
    Lire la suite ...
    • mardi, 03 avril 2018 11:41
    • Photo Gasypatriote

    Une question de renflouement ?

    Air Madagascar a vu le jour en 1961 sous le nom de Madair, son nom définitif est apparu en 1962. Et comme Madagascar est le seul pays indépendant de la région à cette époque, la compagnie nationale Air Madagascar a été un leader et précurseur dans l'Océan Indien. A titre d’exemple, elle a lancé Air Mauritius pour la réalisation de son premier vol. Entre-temps Air Madagascar était reconnue comme le « réseau intérieur le plus dense du monde » car elle reliait toutes les localités isolées de la grande île : Maroantsetra, Mananara nord, Andapa, Maintirano, Ambatomainty, Morafenobe,…. En même temps, elle étendit une présence régionale et internationale dans l'Océan Indien : Maurice, Kenya et Afrique du Sud (interrompu en 1976 pour cause d’apartheid) et Seychelles. Elle a toujours amélioré sa flotte d’avion afin de répondre aux défis qu’elle s’est imposée, par exemple en 1969 elle acheta un Boeing 737-2B2 (Boïna) ainsi qu’un autre en 1972 baptisé le Sambirano, tous les 2 sortis d’usine de Seattle et payés au comptant SVP ! Pour les dessertes intérieures et régionales (Réunion, Maurice, Kenya, Tanzanie, Comores) et en 1979 elle acquiert un 747 Jumbo Jet combi pour les vols Madagascar-Europe.
    Lire la suite ...
    • lundi, 02 avril 2018 12:46
    • Photo ARTE

    Vers une confrontation planétaire ?

    Il est loin la chute du mur de Berlin, cela fait presque 30 ans, que le monde communiste s’écroule avec la disparition de l’Union des Républiques Soviétiques (URSS) et ses satellites du Pacte de Varsovie. Beaucoup en Occident se délecte sur la « fin de l’Histoire », comme si l’Ouest allait dominer le monde. Commence alors la politique de « libéralisation » et la déclaration que la seule panachée universelle est la Démocratie avec l’Etat de droit. L’Amérique et l’Union Européenne, à la fin du 20ème siècle, se réjouient de dominer la planète. L’Afrique se met à l’heure des Etats respectant la décision des urnes en disant adieu aux leaders progressistes pro-soviétiques. Certains pays ont même sombré dans les guerres civiles comme le Congo, Sierra Leone, Liberia et surtout le Rwanda car dans ces nations « démocratie égale débats, voire combats ». les crises post-électorales ont remplacé, dans la forme, les luttes ethniques.
    Lire la suite ...
    • jeudi, 29 mars 2018 13:21
    • Sary nindramina

    Nanaitra ahy: Maro tsy araky ny heverina ireo Manamboninahitra Miaramila sy Polisy te hampandroso marina ny Firenena

    Nisy Manamboninahitra ambony iray, nanao Jery atrika nanome salut aho, sady nanambara, "Vonona izahay Président, maro aminay no mitovy hevitra aminao hanafoana ity kolikoly ity ary ho an'ny Fahaleovantenam-pirenena". Namaly salut azy moa aho ary noraisiko ny tanany.Niresaka maharitra izahay ahafantarako ny tena zava-misy iainan'izy ireo sy ny soso-kevitra hitandreo anatsarana ny asan'izy ireo. Mankasitraka an'ireo Manamboninahitra Miaramila, Zandary, Polisy ary vata Miaramila manana izany fahavononana izany. Omentsika ny Hasiny tokoa ny asatsika ao amin'ny Tafika, Zandarimaria, Polisy, Pompier, Mpiandry ny Fonja, Mpiandry ny ala. Ny azoko efa lazaina aloha, dia tsy ianareo intsony no iantoka ny akanjo sy ny fitaovana entinareo miasa, fantatro manko fa akana manodidina ny 200 000 ariary ny karamanareo amin'ny vidin'ankajo, izay fitaovana entinareo miasa ireny. Omentsika lanjany ny maha Manamboninahitra anareo, ka hanao encadrement ireo Service National rehetra, na ireo sivily tsy manana asa rehetra ianareo.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 28 mars 2018 08:42
    • Photo net

    Préparations des élections

    Le Ministère de l’Education Nationale organisera durant 3 jours (28 au 30 mars) une réunion où se rassembleront les responsables des 22 Directions Régionales de l’Education Nationale (DREN), avec les Chefs de Circonscription Scolaire (CISCO), ainsi que ceux des Zones d’Administration Pédagogique (ZAP) de tout Madagascar. Est-ce la suite de la réunion du Conseil National de l’Enseignement (CNE) ayant eu lieu du 21 au 23 mars, donc la prochaine, avec les responsables sur le terrain, a surtout pour but de mettre en place cette « amélioration de la qualité de l’éducation à Madagascar », une recommandation dudit CNE. Il n’y a rien de mal à cela, mais pourquoi de telles décisions se prennent-elles en fin de mandat de cette administration ? Sans oublier que le recrutement des enseignants FRAM (payés par les parents d’élèves) a mis du temps avant d’être réalisé, avec la promesse d’embaucher 40 000 enseignants FRAM jusqu’en 2018. Les fera-t-on, pour se réunir afin de commémorer la journée du souvenir des martyrs patriotiques qui se sont sacrifiés pour le Fisandratana…2030 !!!
    Lire la suite ...
Page 9 sur 37