Editorial

    • mardi, 09 octobre 2018 12:11
    • Photos Gasypatriote

    Charte de la discorde

    La majorité des candidats à la prochaine présidentielle ont boycotté, le 03 octobre dernier, la cérémonie solennelle de signature de la Charte de Bonne Conduite et d’Intégrité des candidats qui s’est déroulée au Ministère des Affaires Etrangères (MAE) à Anosy. Ce jour, seuls 6 candidats sur 36 ont signé ladite Charte: Richard Razafy Rakotofiringa, Saraha Rabeharisoa, Mamy Richard Radilofe, Solo Norbert Randriamorasata, Faly Mampionona Rasolonjatovo et Jean-Max Rakotomamonjy qui ont apparemment peu de chance de gagner des voix lors du scrutin du 7 novembre, certainement pour eux l’essentiel est de …signer ! 5 autres candidats ont déclamé haut fort qu’ils ne signeront pas la Charte la qualifiant de« Charte de l’hypocrisie ». Pour le pasteur Mailhol l’absence de son nom sur la liste électorale, alors que sa femme y est est une preuve de la manque de transparence de cette liste. Propos vite démenti par le CENI.
    Lire la suite ...
    • lundi, 01 octobre 2018 12:43
    • Photo Archives

    Souveraineté ou Communauté internationale

    2017: l’actuel candidat n° 25 a reçu le prix "African Leadership of the Year” délivré par le magazine African leadership basé à …Londres. Un an plus tard, le même magazine décerne un autre prix pour le candidat n° 12, fraîchement démissionnaire de son poste de président de la République, celui du « Prix d’excellence pour le développement Africain ». Entre temps, le n° 13 signe des autographes pour son livre autobiographique à…Paris. Ces 3 numéros figurent parmi les favoris de la course aux présidentielles dans quelques semaines. D’ailleurs un sondage en leur faveur par le FES n’est-il pas empêché d’être publié ? Au motif de « troubler l’opinion public ». En réalité le principal intéressé, la nation malagasy, est mis à l’écart et beaucoup se demande qui dirige ce pays. Qui organisent les élections ? Qui fixent le taux de change de l’Ariary (MGA) ? Qui contrôlent le prix des hydrocarbures ? …Qui contrôlent qui ?
    Lire la suite ...
    • jeudi, 27 septembre 2018 08:40
    • Photo Archives

    Une autre forme de kidnapping ?

    Depuis quelque temps on n’entend plus dans les faits divers la rubrique sur les enlèvements des Indo-pakistanais ou Karana. Comme si cette communauté prospère n’intéresse plus les demandeurs de rançons. Des rumeurs circulent sur l’arrêt brusque de ce type d’opérations. Certains prétendent qu’après ce qui s’est passé à Anosivavaka, ceux qui ont l’habitude de faire de tels actes ont été sérieusement avertis. Nous n’avons pas pu vérifier la véracité de telles affirmations. D’autres prétendent que c’est un calme avant une tempête qui aura lieu au moment des élections. Il est vrai qu’une grande partie de la communauté karana est partie se réfugier soit à Maurice soit en Afrique du sud, le temps de voir la tension politique baisser. Mais pour ceux qui sont resté dans leur pays d’adoption, le kidnapping a pris une autre forme : les menaces téléphoniques.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 21 septembre 2018 08:29
    • Photo Archives

    HVM: Bonjour la division

    Pour la circonstance on serait tenter de parodier les paroles de la chanson de Robert Henri Gall, chantée en 1964 par sa fille France Galle (sacré Charlemagne) : « qui a eu cette idée folle, on démissionne 60 jours avant les élections » ? Tout débute dans cet article 46 de la Constitution de la 4ème République. Les constitutionnalistes inspirés par des idées étrangères n’ont certainement pas vu les dangers venir. Quand le président démissionne c’est toute son administration qui tombe. Les têtes vont changer que l’on veuille ou non. Comme nous aimons faire du Copier/Coller avec ce qui se déroule en France, on a décidé que c’est le président du Sénat qui remplace le chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir. Evidemment, notre président par intérim ne peut faire grand-chose comme nous l’avons affirmé la dernière fois avec l’Avis « n°07-HCC/AV du 07 septembre 2018 », qui dans son article 2 lui ôte tous les attributs de souveraineté.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 14 septembre 2018 08:48
    • Photos présidence

    Un intérim de façade

    L’ancien chef du Sénat et ex-président du parti HVM, créée par le président sortant Hery Rajaonarimampianina, occupe désormais le fauteuil de président de la République par Intérim, une première en presque 70 ans de République. Beaucoup de salives et d’encre ont bavé et coulé, et ce depuis 1 an, sur cette éventualité, mais à regarder de près, le PRM PI ressemble à un lion, à qui on a ôté ses griffes et crocs, ou à un cobra sans ses crochets venimeux. Après sa Décision n°30-HCC/D3 du 7 septembre 2018, portant constatation de la vacance de la présidence de la République et désignant le président du Sénat en tant que président de la République par intérim, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a sorti un Avis « n°07-HCC/AV du 07 septembre 2018 relatif à une demande d’avis sur les attributions courantes du Président de la République ».
    Lire la suite ...
    • mercredi, 12 septembre 2018 10:03
    • Photo présidence

    Un adieu amer

    Finalement le jeudi 8 septembre, le président de la République, candidat à sa propre succession, posa sa démission en vertu de l’article 46 alinéa 2 de la Constitution de 2010 instituant la 4ème République. Et par sa Décision n°30-HCC/D3 du 7 septembre 2018 « portant constatation de la vacance de la présidence de la République et désignant le président du Sénat en tant que président de la République par intérim » que la Haute Cour Constitutionnelle porta en public la lettre de démission du président de la République et la nomination temporaire de Rivo Rakotovao au poste de Chef d’Etat jusqu’à l’élection du nouveau président à l’issue des élections du 7 novembre (1er tour) et 19 décembre (2nd tour) et en suivant à la lettre toujours cet article 46 alinéa 2 de la Constitution, « dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président ».
    Lire la suite ...
    • jeudi, 06 septembre 2018 12:52
    • Photo Archives Net

    Désordre dans le clan Ravalomanana

    L’ancien chef de l’Etat, évincé par le coup d’Etat de mars 2009, Marc Ravalomanana, continue sa tournée pré-électorale. Quelques semaines auparavant il profita du « jubilée de la 50ème anniversaire de l’Eglise de Jésus Christ de Madagascar (FJKM) » pour rameuter ses fidèles. Actuellement, ses virées à travers l’île ressemblent de plus en plus à une propagande afin de rappeler à ses anciens administrés que « Dada » est toujours là, en bonne santé et prêt à reprendre du service. De plus il tente d’effacer le passage de son potentiel grand rival le « dadah » Andry Rajoelina qui l’a renversé 9 ans plutôt grâce à l’aide d’une faction de l’Armée. Chacun des 2 arrivent à rameuter du monde avec leurs méthodes respectives et laissent présager qu’ils feront le « duel final ». Le champion orange montre extérieurement l’image d’être à la tête d’une machine bien huilée pour ne pas dire un rouleau compresseur. Ce qui est loin d’être le cas de son rival au seuil de ses 70 ans !
    Lire la suite ...
    • mardi, 04 septembre 2018 08:31
    • Photo NewsMada

    Semaine de tous les dangers

    La date butoir de 08 septembre est proche, à cette date le président Hery Rajaonarimampianina, devenu candidat à sa propre succession, doit déposer sa démission au risque de se faire disqualifier aux prochaines présidentielles dans deux mois. Tous les acteurs politiques se font silencieux en attendant cette échéance qui est une toute première dans notre vie nationale. En effet, rares sont les Etats réclamant dans leur Constitution la démission de celui en exercice s’il veut se représenter aux élections ! Dans les coulisses, plusieurs candidats se réunissent afin de concocter un report des élections. Selon des sources dignes de foi, une requête a été déposée auprès de la Chambre Administrative pour une demande de report à cause de « la date qui tombe dans la période de pluie », et la vice de forme pour la convocation des électeurs. La supplique passera devant les juges, selon toujours les indiscrétions, mardi 4 septembre. Le N°1 de la Chambre Haute, Rivo Rakotovao, attend avec impatience le jour où il montera sur le trône ! Dont il ne pourra jamais y accéder par voie électorale !
    Lire la suite ...
    • dimanche, 02 septembre 2018 19:16
    • Photo net

    La Haute Cour Constitutionnelle (HCC): Régulateur ou dérégulateur ?

    Dans son ouvrage « La loi sur l’opposition: un mal nécessaire », édité à l’Haramattan en 2016, Toavina Ralambomahay politologue, dénonce ce qu’il appelle « l’oppression de l’opposition par la HCC ». La Constitution de 2010, dans son article 14 alinéa 5 déclare : « La Constitution garantit le droit d'opposition démocratique » et précise dans les alinéas 6 et 7 : « Après chaque élection législative, les groupes politiques d'opposition désignent un chef de l'opposition. A défaut d'accord, le chef du groupe politique d'opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme chef de l'opposition officiel.Le statut de l'opposition et des partis d'opposition, reconnu par la présente Constitution et leur donnant notamment un cadre institutionnel pour s'exprimer, est déterminé par la loi ». Mais rien n’a été fait dans ce sens durant les 5 années de mandature du président Rajaonarimampianina. Ni les belligérants politiques, ni la HCC n’ont pu officialiser un quelconque « opposant » à l’administration HVM.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 29 août 2018 10:04
    • Photo illustration Net

    Cobras et crocodiles

    Chez nos cousins malais de Malaisie, il y a un adage qui dit « si tu rencontres en même temps un cobra, un menteur (par exemple un politicien) et une sorcière, lequel tueras-tu en premier ? » Réponse : « le menteur, la sorcière et enfin le cobra », cette réponse est révélatrice d’une mentalité reconnaissant le degré de dangerosité de certains. Chez nous, de l’autre côté de l’Océan indien, cet adage demeure une réalité, même si le serpent venimeux dénommé « cobra » n’existe pas car ici on préfère rencontrer une sorcière qu’un menteur (aleo mifanena amin’ny mpamosavy toa izay mifanena amin’ny mpandainga). Hery Rajaonarimampianina est, sans le savoir, un terrariophile et l'herpétologue, c’est-à-dire un éleveur de serpents pour ne pas dire de cobras. Malheureusement pour le numéro 12 de la future présidentielle, il n’est pas en Inde, là-bas on arrive à domestiquer les cobras. Grâce à une vieille technique ancestrale, certains troubadours arrivent à apprivoiser ces reptiles dangereux en les faisant tortiller au son d’une flûte.
    Lire la suite ...
Page 6 sur 44